Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

03/04/2017

Immobilier : Eric Arnoux arrêté à Genève

 

Arnoux,Fraude

 

Selon une information du journal suisse Le Temps, Eric Arnoux, le sulfureux promoteur immobilier a été arrêté à l’aéroport de Genève le 30 mars.


Fin de parcours pour Eric Arnoux


Les nombreuses victimes, particuliers ou institutions financières, peuvent se réjouir, le promoteur immobilier ne pourra plus jamais sévir.


La procédure pénale ouverte contre le promoteur fait état de nombreux chefs d’inculpation : « escroquerie, faux dans les titres, gestion déloyale, banqueroute frauduleuse, soustraction fiscale ».


Avec un tel inventaire, et même avec le meilleur des avocats de la place, on voit mal comment Eric Arnoux pourrait sortir indemne de cette situation. En février dernier, lorsque la Tribune de Genève avait annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire à son encontre, le promoteur niait tout en bloc et fanfaronnait encore en promettant de porter plainte contre tous ceux qui relayaient ses déboires avec la justice.


Avec son arrestation à la descente de l’avion, la messe est dite…


Le début de la fin


Reste que la procédure risque d’être longue et compliquée. En effet, non seulement le quinquagénaire était doué pour flouer les investisseurs en leur faisant miroiter des rendements juteux, mais il savait également jouer avec les ficelles de la finance.
Conseillé par des avocats sans scrupules, il a ainsi créé des dizaines de sociétés s’emboitant les unes dans les autres. Démêler l’écheveau ne sera pas simple pour la justice suisse. Ce sera d’autant plus compliqué qu’Eric Arnoux changeait de pays dès qu’il sentait l’étau se resserrer sur lui.


C’est ainsi que l’année dernière, il avait quitté Genève pour Londres, tout en continuant à voyager au Luxembourg, à Dubaï ou en République Dominicaine. Pour avoir une idée de l’étendue des malversations, la justice suisse devra donc envoyer des commissions rogatoires internationales dans de nombreux pays. Connaître le montant des arnaques qu’il a commises ne sera pas non plus chose aisée.


Combien doit-il aux banques ?


Selon la Tribune de Genève « un extrait de l’Office des poursuites de Genève, daté de fin février, fait était de créances à son nom pour 54 millions de francs. Trois grandes banques y sont mentionnées. »


Pour autant, il n’est pas certain que ce chiffre prenne en compte toutes les dettes d’Eric Arnoux envers les institutions financières. Quant à ses créances envers les particuliers, il se pourrait que les enquêteurs ne soient pas au bout de leurs surprises, tant le côté affable et charismatique du promoteur a fait de victimes.

 

Si pour Eric Arnoux, c’est la fin de la vie de château qu’il aimait tant, pour les dizaines de particuliers qui lui ont fait confiance, ce n’est que le début de long combat afin de récupérer leurs biens.

31/01/2017

Bains thermaux et douche froide, Grimentz déchante

Les projets du Hameau des bains et de l'hôtel Inalp à Grimentz sont au point mort. Soutenu par Thierry Dubuisson et Eric Arnoux, deux promoteurs équivoques aux multiples faillites, les deux projets semblent durablement enterrés. Plus inquiétant, des accusations à peine voilées d'escroquerie pèsent sur les deux protagonistes.

 

Grimentz



En décembre 2012 déjà "Le Temps" tirait la sonnette d'alarme dans son édition du 15 décembre 2012.

Selon l'enquête menée par Marie Parvex, journaliste valaisanne, Thierry Dubuisson, alors porteur du projet de l'hôtel Inalp, était devenu introuvable dans la station valaisanne et plusieurs partenaires l'accusait métaphoriquement de les avoir "roulé".

Scénario classique des mirages immobiliers alpins, Thierry Dubuisson et Eric Arnoux avaient fait miroiter plusieurs millions d'investissements extérieurs, argent qui n'est bien entendu jamais arrivé.

Coutumier du fait, Thierry Dubuisson a déjà été mis en cause dans plusieurs faillites et notamment celle de White Sands SA, société au cœur du retentissant bouillon financier de la Marina de Port-Valais.

En 2012, les acteurs du projet se disaient pourtant toujours confiants.

Trois ans plus tard, on déchante du côté de Grimentz.  La "Tribune de Genève" révélait en mai 2015 que les millions ne sont jamais arrivés et que les administrateurs de  Guernerés Résidences SA, la société propriétaire du terrain et détentrice du permis de construire, ont habilement joué aux chaises musicales.

De l'hôtel Inalp, il n'y a qu'un trou béant sur les hauteurs du village, rien n'ayant bougé depuis 2011.

Envolés Thierry Dubuisson et Eric Arnoux, pas si sûr.

A Grimentz toujours, c'est un autre projet qui fait aujourd'hui polémique, celui du Hameau des Bains.

Soutenu par la société le Hameau des Bains SA, on retrouve aux commandes de ce projet l'omniprésent Thierry Dubuisson et son associé Eric Arnoux, un promoteur français flamboyant, lui aussi habitué des faillites et qui cumule près de 30 millions de francs de commandements de payer.

Pas de quoi rassurer les investisseurs et l'exécutif communal.

Des lits chauds aux lits froids, Grimentz passe aujourd'hui des bains chauds à la douche froide.